Recherche Menu

Toiture de pneus recyclés

C’est en 1889 que John Boyd Dunlop a fondé la première usine de pneumatiques après avoir obtenu le brevet pour son invention. Dès cette époque, les vélos purent rouler sur des pneus fixés à la jante des roues installant ainsi un nouveau confort pour la conduite mais n’étant pas un système totalement pratique lorsque survenait une crevaison, le changement de pneu étant, en ces temps révolus depuis, une opération très délicate et plutôt très longue.

Description du produit

Lors de son passage à Clermont-Ferrand, c’est une rencontre avec un cycliste anglais nécessitant une réparation qu’Edouard Michelin obtint l’idée de la chambre à air par le cycliste en question. Suite à cette rencontre significative, Edouard et André Michelin créèrent un nouveau système de pneu à chambre à air, lequel système fut breveté en 1891. Après la mise à l’épreuve du nouveau produit par Charles Terront qui remporta la première course cycliste de Paris-Brest, le succès est instantané. Non seulement l’industrie du vélo s’empare de cette invention mais l’industrie automobile y adhère également très rapidement donnant un essor incroyable au nouveau pneu Michelin dès son apparition sur le marché.

Le pneu, abrégé du pneumatique (apocope), est alors formé de matériaux métalliques et/ou textiles devenus un solide souple gonflé avec de l’azote ou de l’air, soit un gaz sous pression, conçu pour être fixé à la jante de la roue assurant le contact de cette dernière avec le sol, procurant un amortissement des vibrations et des chocs et procurant du même coup une adhérence facilitant le déplacement de la plupart des véhicules terrestres.

La création du pneu créa tout un revirement dans l’histoire de la roue tout en créant du même coup un produit difficilement recyclable de plus en plus contesté. Leur amélioration au fil du temps, ayant considérablement augmenté la sécurité des véhicules tout en ralentissant la consommation des divers carburants, n’a toutefois pas suffi à diminuer la pollution et les sources d’allergènes reliées directement à la fabrication des pneus dont les matières ne sont pas recyclables.

Deuxième vie des pneus

Heureusement, ils ont aujourd’hui une façon de vivre une 2e vie afin de ralentir le processus de pollution et ainsi diminuer les déchets causés par les pneus. Tout récemment apparues sur le marché, les fibres de chanvre sont mélangées aux pneus recyclés afin d’obtenir une tuile de couleur gris-noir pouvant alors servir de revêtement de toiture.

Ces nouvelles tuiles écologiques (par la 2e vie d’un déchet non recyclable) permettent la réduction des déchets par l’utilisation des pneus dont la vie en matière automobile, vélo ou autres est maintenant terminée. Certains nouveaux produits voient le jour également en ajoutant certaines autres matières au mélange de base afin d’obtenir des produits de plus en plus écologiques dont l’installation peut se faire aussi facilement et rapidement que le traditionnel et classique bardeau d’asphalte non recyclable, meilleur marché mais sans possibilité d’autres utilisations à la fin de vie.

Durabilité

Généralement garantis pour longtemps, souvent pour un minimum de 50 ans, leur durabilité reste tout de même à prouver étant donné que ce produit est très récent. Comme la fiche de route de ce type de toiture n’est pas encore connue à long terme, la véritable durabilité du produit reste à confirmer. Les tests effectués sont concluants mais l’usure du temps pourra les valider dans quelques années seulement.

Coût

Assez abordable, il est cependant un peu plus cher que le classique bardeau d’asphalte. Le produit débute généralement autour de 8.00$ /pi2 installation incluse ce qui peut ne pas convenir à tous les budgets dépendamment de la surface totale à couvrir. Cependant il limite les déchets de pneus et favorise une meilleure planète tout en assurant une bonne durabilité ce qui constitue tout de même un investissement écologique à long terme.

Avantages d'une toiture de pneus recyclés

Connaissant de plus en plus d’adeptes, la toiture en pneus recyclés connait des avantages très appréciés par les consommateurs.

  • Avantage écologique utilisant des déchets non recyclables
  • Excellent rapport qualité/prix
  • Facile à entretenir
  • Imitation parfaite en apparence des bardeaux de cèdre
  • Installation sur toiture existante réduisant les déchets occasionnés par l’ancien produit installé sur le toit à couvrir
  • Résistance accrue
    • Grêle
    • Insectes
    • Moisissure
    • Rouille

Inconvénients d'une toiture de pneus recyclés

Étant très récent, le revêtement en pneus recyclés n’offre pas un grand choix de couleurs ou de textures. Il est plutôt limité à l’apparence du bardeau de bois ou d’un toit d’une couleur gris-noir plus traditionnelle. Malgré qu’il réduise les déchets considérables causés par les pneus, ce type de toit n’a toujours pas de lettres de noblesse en matière décorative.

  • Couleur peut pâlir avec le temps
  • Couleurs offertes limitées (gris-noir et maintenant en brun imitant le bardeau de cèdre)
  • Disponibilité moindre en matière de professionnels avec compétence spécialisée sur le produit
  • Installation longue nécessitant de bonnes connaissances
  • N’est pas conseillé pour les toits plats
  • Non recyclable à la fin de sa 2e vie
  • Offre de produits très limitée
  • Plus dispendieux que le bardeau de bois ou d’asphalte

Entretien

S’agissant tout de même d’une valeur sûre en matière écologique, réduisant l’accumulation de déchets, la valorisation du produit reste à faire. Le peu d’entretien est une valorisation de ce type de revêtement. Malgré qu’il soit récent sur le marché, il semblerait que ce type de toiture ne nécessiterait à peu près pas d’entretien à long terme ce qui assurerait l’investissement de la dépense de base qui est parfois plus élevée que celle du traditionnel bardeau d’asphalte si apprécié pour son prix et sa durabilité considérable.