Recherche Menu

Toiture végétale

Qu’on parle de toiture végétalisée, de toit vert, de toit végétalisé, de toit végétal, de toiture végétale ou même de façon plus spécialisée de Paroi Complexe Végétale Horizontale (PCVH1), on parle alors d’une toiture recouverte de végétation aménagée en appartement de style «penthouse» ou en toit terrasse où la végétation remplace le traditionnel toit de métal, de bois, de caoutchouc, de terre cuite ou autres.

Description du produit

Malgré que certains pensent aujourd’hui qu’il s’agisse d’une ingéniosité toute nouvelle et très contemporaine, le toit vert existe depuis belle lurette, depuis au moins l’ère du néolithique, c’est-à-dire l’an -12500 à l’an -8000 avant J.-C., ce qui en fait probablement le plus vieux style de toiture existant depuis l’existence même de notre planète.

Visant majoritairement les toits plats, cette technique peut également être considérée sur certains toits à faible pente, généralement jusqu’à environ 30% de pente mais rarement plus. En présence d’une pente plus forte, on parle plus alors scientifiquement de PCVV1 ou plus vulgairement d’un mur végétalisé au lieu d’un toit.

L’humain ayant grandement privilégié tous les autres matériaux depuis le début de sa grande civilisation, le naturel tend à revenir lentement mais sûrement. Les agressions subies par l’extraction de ressources naturelles et par la transformation de multiples produits occasionnant pollution et déchets en trop grande quantité, l’utilisation de la végétation redevient tout naturellement un choix écologique permettant autant aux bâtiments qu’aux êtres humains de bénéficier des énormes vertus et bienfaits de mère nature.

De plus en plus d’expériences sont mises en place afin de permettre la végétalisation des toits de tous les types de bâtiments, autant résidentiels, commerciaux qu’industriels. Plusieurs entreprises profitent même de l’occasion pour convertir leur toit en toiture végétale sous forme de terrasse de relaxation pour leurs employés lors des pauses de la journée afin de leur permettre une meilleure qualité de vie au travail.

Cette tradition est en place depuis très longtemps dans certains coins du globe où la toiture végétale fait partie intégrante de plusieurs paysages. Sur tous les continents, de plus en plus de pays prônent maintenant ce type de toiture plus écologique et totalement naturelle.

Europe

  • Pays scandinaves
  • Allemagne
    Une aide gouvernementale existe depuis les années 60 en Allemagne ayant ainsi permis à l’Ouest du pays de devenir un pionnier dans les toitures végétales modernes. Certaines villes allemandes, comme Stuttgart et Hambourg, ont même subventionné ou remboursé totalement le surcoût durant un certain temps afin de privilégier ce type de toiture écologique. Berlin prend même en charge 60% des frais des toits végétalisés dans la ville car ce type de toiture évite d’agrandir les réseaux souterrains d’égouts.
  • France
    Contrairement à ses voisins scandinaves, le pays connait un certain retard face à ce type de revêtement naturel. Certaines villes offrent maintenant des subventions afin d’augmenter le nombre de toits verts au pays et ainsi contribuer à une meilleure planète.
  • Autriche & Suisse
    Comme en Allemagne, la Suisse et l’Autriche ont opté pour des lois locales obligeant les toits plats ou ayant une inclinaison propice à se munir d’un toit vert afin de participer à la préservation écologique.

Japon

Pour toute construction devant occuper plus de 10 000 pi2 (1000 m2) de terrain, la ville de Tokyo exige maintenant que 20% de la surface de la toiture soit couverte de végétation. D’autres villes japonaises tendent à suivre cet exemple, comme la ville de Kobe qui a emboîté le pas à celle de Tokyo.

États-Unis

Les Américains ne sont pas retard dans ce genre de toiture plus naturelle. Depuis la fin du XIXe siècle, les maisons de la grande prairie américaine sont très souvent recouvertes de mottes de gazon et ailleurs au pays, les toitures végétalisées sont depuis longtemps associées aux architectures bioclimatiques le tout étant grandement encouragé par les paysagistes. Plusieurs grandes villes américaines, comme entre autres Chicago et New-York, préconisent de plus en plus les toits verts. En 2001, la ville de Chicago compléta son projet initial de 38 800 pi2 (3600 m2) de végétation développée à même le toit de l’hôtel de ville.

Canada

Situé également en Amérique du Nord, le Canada est un peu moins enclin vers les toitures végétalisées. Étant situé plus au nord et subissant de nombreux écarts de température sur quatre saisons, le toit vert est plus difficile à vendre aux consommateurs préconisant une toiture plus stable annuellement comme le bardeau de cèdre par exemple. Cependant, l’expertise et les produits sont de plus en plus disponibles au pays connaissant une popularité de plus en plus grandissante pour améliorer la qualité de l’air en privilégiant un toit plus écologique.

Au travers le monde...

Certaines toitures végétales sont même très connues de par le monde :

  • Académie des Sciences de la Californie (California Academy of Sciences) située à San Francisco
  • Jardins suspendus de Babylone considérés comme une des sept merveilles du monde
  • Musée des traditions d’Oslo
  • Université des arts et de la culture de Shizuoka située au Japon

Les catégories de toitures végétales

Généralement, les toitures végétales sont classées en trois catégories :

  • Toiture terrasse paysagée = Végétation intensive
  • Toiture jardin potager = Végétation intensive
  • Toiture résidentielle avec versant à faible pente = Végétation intensive ou extensive selon le cas

À vérifier avant de choisir l'installation d'une toiture végétale

Avant la mise en place d’une toiture végétale, il y a plusieurs éléments très importants à considérer et à déterminer afin de faire un choix éclairé sur le type de végétation pouvant convenir selon la toiture à revêtir.

  • Accès au toit
  • Capacité de la structure
  • Composition des bacs à plantes
  • Composition du sol
  • Conception du système
  • Condition du toit
  • Coût
  • Drainage
  • Entretien
  • Irrigation
  • Obtention du permis
  • Poids du jardin
  • Sélection des plantes

Une fois le choix effectué et une fois que tout a été bien déterminé, il y a ensuite l’installation du toit se composant généralement de cinq composantes à prévoir. En partant du haut, soit de la végétation et en descendant jusqu’au support même de la toiture, on retrouve :

  • Couche de surface, soit la couche de végétation
    • Plantes diverses, légumes ou fruits composant la végétation de surface
  • Substrat de croissance
    • Éléments organiques (terreau) pour assurer une croissance optimale
    • Éléments minéraux (schiste expansé, argile, etc.)
  • Membrane de filtration géotextile
    • Prévient l’infiltration de particules fines provenant du substrat de croissance pouvant obstruer le système d’irrigation ou le système de drainage
  • Couche de réserve d’eau et de drainage
    • Panneaux gaufrés permettant l’emmagasinage de l’eau nécessaire à la croissance de la végétation tout en permettant le drainage de l’excédant
  • Membrane d’étanchéité EPDM ou élastomère
    • En bitume élastomère ou en EPDM, la membrane nécessite un maître couvreur pour garantir une installation adéquate

Durabilité

La durabilité d’un toit vert ne peut se calculer comme une garantie de 15, 20 ou 30 ans comme la plupart des autres revêtements. Une fois la toiture végétale bien installée, le propriétaire doit continuer à lui assurer les soins et les nutriments nécessaires pour que la végétation continue de belle façon. Il doit également s’assurer que les installations fonctionnent correctement afin d’assurer l’étanchéité du toit en permanence. La durée de vie de la membrane peut facilement aller de 20 à 30 ans selon la qualité du produit.

Coût

Les coûts d’un tel type de revêtement peuvent grandement varier selon le type de végétation, la dimension du toit et selon les différentes plantes choisies pour la toiture. Généralement un toit vert peut coûter de 2 à 4 fois plus cher qu’un toit en asphalte et gravier.

Avantages d'une toiture végétale

Il existe deux types connus de végétation, soit la végétation extensive et la végétation intensive. Il existe évidemment des avantages et inconvénients dans les deux types.

Une meilleure qualité de vie, dans ce monde un peu trop axé sur les performances, le matérialisme, l’apparence et toutes autres activités du même genre portant l’humain vers la consommation extrême, devient essentielle dans notre monde un peu fou d’aujourd’hui. Les avantages d’un toit vert sont multiples et deviennent très intéressants pour l’utilisation des espaces vides laissés sur la plupart des toitures. Il y a les avantages généraux et les avantages écologiques :

Avantages généraux

  • Augmente l’isolation de la toiture
  • Économie d’énergie par la modération des pertes et des gains de chaleur
  • Insonorisation
  • Meilleure qualité de vie
  • Procure un espace vert agréable
  • Protège la membrane des rayons ultraviolets et prolonge sa durabilité
  • Valeur ajoutée à l’immeuble

Avantages écologiques

  • Capture dans l’air les particules volatiles
  • Contribue à l’assainissement du climat urbain en réduisant les émissions de gaz à effet de serre
  • Filtre l’air de ses polluants
  • Peut parfois recycler les eaux usées de l’immeuble
  • Produit de l’oxygène
  • Réduit les surfaces réfléchissant le soleil en faisant de l’ombre aux bâtiments
  • Retient les eaux de pluies jusqu’à environ 75% diminuant ainsi le ruissellement au sol, les risques d’inondation, de reflux d’égouts, d’érosion tout en limitant les risques de contamination de l’eau potable.

Il existe également des avantages différents selon que la végétation soit extensive ou intensive :

  • Végétation extensive
    Mince couche de sol, pas ou très peu d’irrigation, rendement plus faible des plantes
    • Allure très naturelle
    • Bon choix lorsqu’une approbation est nécessaire au préalable
    • Convenable pour les grands espaces
    • Convenable pour les toits à faible pente jusqu’à environ 30%
    • Développement spontané des plantes indigènes
    • Ne nécessite aucun système de drainage ou d’irrigation (dans la plupart des cas)
    • Léger, le toit n’ayant besoin d’aucun renforcement
    • Pas ou peu de technique requise
    • Peu dispendieux
  • Végétation intensive
    • Apparence très agréable et conviviale
    • Endroit récréatif
    • Implantation de plusieurs variétés d’habitats et de plantes
    • Isolation
    • Utilisation comme un sol permettant des maisons pour les oiseaux, des étangs et même un potager pour avoir des légumes et des frais fruits

Inconvénients d'une toiture végétale

Malgré le fait que les toitures végétales soient très appréciées et comportent de nombreux avantages, certains inconvénients sont tout de même à considérer.

  • Aménagement d’un accès au toit nécessaire
  • Certification parfois nécessaire pour l’assureur
  • Information technique parfois manquante selon les régions
  • Investissement monétaire considérable

Certains inconvénients diffèrent également selon que la végétation soit extensive ou intensive :

  • Végétation extensive
    • Allure désagréable en saison morte, surtout en hiver
    • Choix plus limité de plantes
    • Non utilisable comme endroit récréatif pour la plupart des cas
  • Végétation intensive
    • Ajout considérable du poids au toit
    • Coût plus élevé que la végétation extensive
    • Irrigation et drainage nécessitant beaucoup de matériel, d’eau et d’énergie
    • Système complexe nécessitant une expertise et une technique plus avancée

Entretien

L’entretien d’un toit vert variera selon le type choisi ; une terrasse paysagée, un toit potager ou un toit en pente. En présence d’un ensemble paysagiste ou d’un toit potager, l’entretien sera le même que pour un ensemble paysager et la même chose pour un potager. Le toit végétal nécessite un entretien bien particulier selon chaque type de végétation choisi pour revêtir la toiture. Il est également très important de s’assurer régulièrement du bon fonctionnement de tous les équipements et systèmes installés sur la toiture végétale.