Recherche Menu

L'ABC d'une toiture

La couverture ou le toit d'un édifice est la surface couvrant toute la partie supérieure du bâtiment permettant ainsi de protéger l'intérieur de la bâtisse. Dans cet article, nous vous parlerons des matériaux pouvant être utilisés, des différentes formes architecturales ainsi que des composantes d'une toiture.

Qu'est-ce qu'une toiture?

La toiture est le terme employé pour regrouper l’ensemble de tous les toits d’un édifice. Cet ensemble de protection est supporté par une charpente adéquate afin d’assurer sa stabilité ainsi que sa solidité. Les matériaux choisis pour la charpente peuvent varier selon le type de bâtiments, le climat et la stabilité des sols où le bâtiment est érigé afin d’assurer une plus grande résistance à la toiture.

Les propriétés recherchées pour la toiture d’un édifice sont la résistance, la légèreté, l’étanchéité, l’écoulement des eaux et bien sûr, l’esthétique.

Matériaux utilisés

Selon les époques, différents matériaux furent privilégiés à travers le temps autant pour la charpente que pour la toiture en général. Certains de ces matériaux, comme le chaume par exemple, furent abandonnés pour des raisons de durabilité et/ou de sécurité.

Charpente

  • Acier
  • Béton armé
  • Bois

Toiture

  • Acier
  • Ardoises
  • Asphalte ou bitume
  • Bardeaux (asphalte ou bois)
  • Bois
  • Chaume
  • Cuivre (100 ans et plus en durabilité)
  • Fibro-ciment
  • Lauzes
  • Matières plastiques
  • Membrane de caoutchouc (EPDM)
  • Membranes élastomères
  • Paille
  • Plaques (plomb ou zinc)
  • PVC
  • Tôle ondulée en acier galvanisé ou inoxydable (50 ans et plus en durabilité)
  • TPO
  • Tuiles
  • Végétation

De nos jours, avec les nouvelles structures et l’utilisation de plus en plus répandue du béton, il arrive très souvent dans certaines architectures plus modernes qu’il soit très difficile de distinguer le toit des murs de la maison autant par les matériaux utilisés que par la forme de la toiture.

Époque environnementale conscientisée oblige, la toiture végétale ou « toit vert » est de plus en plus répandue à travers la planète. Déjà une tradition dans les pays européens et scandinaves, cette tendance tend à s’étendre de plus en plus sur la plupart des autres continents.

Formes

Selon l’architecture et la construction du bâtiment à couvrir, les formes de toit peuvent grandement varier. Certains pays sont même reconnus à travers leurs architectures particulières et la forme des toits de leurs édifices comme par exemple les églises ou les monastères qui offrent bien souvent une tendance similaire à l’intérieur d’un même pays.

Toits arrondis

On les retrouve généralement sur des édifices religieux, des bâtisses civiles classique ou sur des bâtiments publics. Ils sont plus rarement érigés sur des habitations.

  • Dôme
    La toiture est en voûte ayant la forme d’un segment de sphère, voici quelques exemples de bâtiments connus pour leur forme spécifique:
    • Tunisie = Grande Mosquée de Kairouan
    • Paris = Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre
    • Paris = Les Invalides
  • Flèche
    Possédant des facettes pointures ou une forme de cône
  • Toiture impériale
    Ronde ou carrée, avec une flèche ou non, souvent couverte de tuiles colorées constituant des motifs différents.

Toits simples

  • Toit plat
  • Toit en pente à un ou plusieurs versants

Composantes

Pente du toit
Elle dépend généralement des conditions climatiques.
Avant-toit
Il s'agit de la partie faisant saillie et débordant légèrement du toit. Sa taille varie également selon les conditions climatiques mais cette partie peut également varier selon l'ombre recherchée pour la protection du bâtiment dans certains endroits plus particuliers.
Rive de toit
Constituant l’extrémité côté pignon du toit, selon l’architecture de la bâtisse ou de l’habitation, elle peut être droite, biaise, rentrante, sortante ou en saillie. Elle peut comporter certains motifs ornementaux comme elle peut être sculptée ou ajourée.
Noue
Formant un creux à la jonction de deux pans de toiture, la noue est l’endroit où se rejoignent ces deux pans. L’angle formé par les deux pans peut être adouci (avec un rayon plus ou moins grand) ou brutal (donnant alors l’impression d’une ligne brisée).
Arête
Formant une saillie à la jonction de deux pans de toiture, l’arête est marquée au niveau de la charpente par une pièce rectiligne ou courbe nommée « arêtier ».
Croupe
Du côté du pignon, il s’agit de la partie triangulaire offrant un pan ou deux pans inclinés, l’un étant un trapèze (généralement à pente très forte) et l’autre un triangle (généralement à pente moyenne). Elle peut être biaise ou droite selon le cas. La largeur de ses pans peut varier selon les régions. On l’appelle également une « croupette » ou une demi-croupe lorsque le pan triangulaire est seul.
Coyau, retroussis ou queue de vache
Située en bas du versant, il s’agit de la partie débordant légèrement formant ainsi un petit avant-toit offrant une pente plus faible.